Qui est Daniel Schmid,
fondateur de la méthode PULSIONS?

Un homme de terrain

C’est lors de son apprentissage chez Pictet & Cie que Daniel Schmid s’est découvert une passion pour le monde bancaire: «Je trouve cet univers passionnant: il est au carrefour de toutes les activités humaines.» Après une parenthèse de 4 ans consacrée à son autre passion, la musique, il entre au Crédit Suisse de Genève en tant que chef d’un département. Une fois sa mission terminée, on lui propose un défi: faire monter en compétences les employés de la banque, alors en pleine embauche de personnes inégalement qualifiées, pour faire face à sa pleine croissance. Avec l’aide de formateurs spécialisés dans tous les domaines d’activités de la banque et de nombreux professionnels du terrain, Daniel s’investit afin de permettre au personnel d’accroître leur niveau de connaissances et de compétences. De plus, il collabore alors à une mission inédite pour lui, évaluer le potentiel d’une personne à occuper une fonction dirigeante de la banque. Son constat? «Nous faisions un processus lourd d’assessment et cela ne suffisait pas à garantir qu’elle puisse réussir dans ce type de fonction.» Je me suis alors rendu compte d’une chose essentielle: «nous évaluions leurs compétences, leur personnalité, nous les confrontions à des situations virtuelles afin d’observer leur manière de les appréhender… Mais nous n’avions pas le moyen d’identifier leur profil opérationnel dans sa globalité, leur manière d’appréhender concrètement les multiples enjeux auxquels ils pourraient être confrontés et de savoir dans quels contextes le profil est efficace ou non.» Daniel a cherché en vain une méthode sur le marché permettant de résoudre cette énigme: sans résultat. L’idée de la méthode PULSIONS commençait déjà à germer.

La naissance de PULSIONS

Au même moment, la mission de Daniel et de son équipe s’ébruite par son succès qui lui vaut d’être recruté par le groupement des banquiers privés genevois. Après huit années de collaboration à leurs côtés, toujours pour évaluer, former et recruter l’ensemble du personnel, il rejoint à nouveau Pictet & Cie afin d’accompagner la banque dans sa croissance. Après quatre années passionnantes, il décide d’ouvrir sa société pour étendre ses activités à plus large échelle et de se consacrer à développer la méthode PULSIONS. «Je me suis servi de mon expérience et de celle de mes clients pour répondre à une question fondamentale: être capable d’identifier la manière d’agir d’une personne et d’évaluer le degré d’adéquation de ce mode opératoire aux enjeux auxquels elle doit faire face.» C’est de là que sont nées les définitions des différentes «pulsions»: performance personnelle, utilité, liberté, sécurité, intérêt, orgueil, nouveauté, social. Un acronyme qui forme justement le mot «PULSIONS».

D’ailleurs, ce nom, d’où vient-il? Il est né d’un parallèle avec une approche qui avait été développée pour procéder à des études marketing et de vente. Cette approche avait pour nom PULSIONS et donnait une bonne définition de base des comportements activés ou non par une personne, en l’occurrence un consommateur. Là s’arrête l’analogie car tous les autres éléments qui constituent aujourd’hui le produit PULSIONS ont été développés par Daniel Schmid, entouré d’experts dans les domaines nécessaires à la création d’un tel produit: psychologues – informaticiens – mathématiciens. Après 4 versions, la méthode est stable et surtout extrêmement précise. Elle est même disponible en plusieurs langues: français, allemand, anglais et espagnol.

Des résultats impressionnants

PULSIONS révolutionne les relations humaines et concrétise les objectifs de performance. «Quand une personne découvre son profil PULSIONS pour la première fois, le mot qui revient le plus souvent est «bluffant.» Et puis, d’autres phrases reviennent également: «C’est la première fois qu’on m’explique comment je travaille!», «Je comprends maintenant pourquoi je provoque telle ou telle réaction chez mes subordonnés, chez mes collaborateurs…» explique Daniel. Ce dont il est le plus fier aujourd’hui? «De l’autonomie que procure l’outil. Prendre conscience et comprendre son mode opératoire permet de progresser de manière autonome dans sa vie professionnelle, de savoir dans quels contextes je peux exprimer mon plein potentiel et ceux dans lesquels j’apprends à m’adapter avec succès. Et ça, c’est précieux!»